Sélectionner une page

Ce soir, je discutais avec une des élèves de ma formation pour devenir graphiste et elle me disait qu’elle venait de traverser une période « down » et qu’elle avait des doutes sur sa génialitude (en gros).

Mais… Comme si c’était un problème !?

En fait j’ai un scoop : on a toutes les deux des doutes.
On a toutes les deux des hauts et des bas.
Je ne suis pas un super héros (rah zut alors !)

Avoir des bas ou des doutes ce n’est pas la LE problème.
Le problème, c’est encore et toujours notre réaction externes aux stimulus internes…

Behh hééé ???

Et ouai !!! Lis la suite

Personnellement le doute apparait dans ma vie sous forme d’une petite voix perfide.

Il me dit des saloperies du genre « tu sers a rien » « T’es un cas désespéré » « tu ferai mieux de tout arrêter » « De toute façon ça ne changera rien au fait que tu es nulle dans X, Y et Z domaines »

OMG mais quel putain d’enfoiré !

Et tu sais, je parle avec plusieurs entrepreneures à succès, des femmes dont tu ne soupçonnerai pas a quel point elle peuvent avoir peur, douter, se remettre en question…

Mais on fait toutes ça !

LA différence se situe dans ta réponse à cette voix.

Qu’as-tu envie de lui répondre ???

Perso je te conseille soit « chuttt » soit « Mais ta gueule, je bosse la»
c’est toi qui voit. J’ai constaté que le « chut » finalement était le plus rapide et efficace, il est clair, courtois et amusant et créer moins d’agitation interne que l’autre proposition. A toi de voir lequel tu préfère et tu peux aussi laisser tes suggestions en commentaire, c’est même demandé !

Voilà tout ton travail, toute la différence que tu as a faire c’est « juste » de ne pas l’écouter.

Tu sais c’est un peu comme la fable des loups : celui que tu nourris reste vivant.

C’est tout simple, juste fais le.

Force toi a avoir confiance en toi, fais semblant jusqu’a ce que ça soit vrai.
Même si ce n’est jamais vrai a 100%.

Plus tu vas dire « chut » à l’auto-critique en toi, plus tu vas avancer dans tes projets et prendre confiance en toi.
Et aussi accessoirement atteindre tes objectifs de vie, donc c’est quand même plutôt sympa.

Et plus cela ira, plus cela sera facile de dire « chut » à nouveau.

Ma disciple me répond :
« Ah bon ??? J’aurais jamais cru que tu doutais  de toi. La dernière fois je me suis dit “J’aimerai trop être comme Laure, elles fonce et se pose pas milles questions comme moi”. »

AH AH AH si tu savais : bah non, pas du tout !
Je doute peut-être même plus que vous toutes réuni !

Ce soir j’avais pas prévu d’écrire un article mais je crois que c’est un sujet dont on parle trop peu dans notre société ou il faut réussir partout, tout le temps et être une wonder woman…
La faiblesse, les doutes, c’est presque un tabou !

Alors si tu doute, que tu te sens comme une merde parfois, ou que t’as juste envie de te recoucher … Sois rassurée, tu n’as pas de problème particulier, tout est normal, tu fais bien partie de cette planète

Et quelque soit le niveau de réussite d’une personne dis toi qu’elle est humaine comme toi.
Et que malgré la meilleure volonté du monde, parfois cette personne déprime, s’auto-insulte, pleure ou fais des crises de nerfs pour rien !

La différence, c’est que cela ne dure pas.
Parce quelle ne l’autorise pas.

Autre chose que tu dois savoir :
nous les femmes ont a tendance tout remettre en question lors des lunes : physiologiques et astronomiques.

Me demande pas le pourquoi du comment et observe par toi même !

Selon ton cycle tu aura plus ou moins d’énergie, plus de confiance ou plus de remise en question.

Inutile de tout plaquer sur un coup de tête dans ta mauvaise période du mois.

Si tu peux organise toi pour en avoir moins a faire ces jours la.

Je crois que je suis aussi forte qu’un homme, mais en tant que femme j’ai un calendrier interne qui fait partie de la nature.
Et franchement je ne crois pas que c’est une bonne idée de lutter contre la nature.
Donc je te conseille juste de de vivre en en conscience de ce calendrier.
Apprends a te reposer en conscience quand c’est le moment de tes lunes, pour repartir de plus belle ensuite

Humainement,

Laure douceline

 

3Shares